Zaroff, un album époustouflant au Lombard. Haletant ! (ComixTrip)

Zaroff, un album époustouflant au Lombard. Haletant ! (ComixTrip)

CHASSES À L'HOMME

1932, sur une île au large du Brésil. Deux hommes tentent d’échapper à leur destin funeste. Ils sont pris en chasse par des chiens avides de sang et par le général Zaroff, maître des lieux. La passion de cet aristocrate russe ayant fui la Révolution de 17, c’est la chasse à l’homme. Il attire des naufragés sur ses terres, les traque et les tue. Ce jeu, il en a fait son passe-temps favori.
Le deal est simple, il leur laissera quitter l’île au lever du soleil, s’il ne les a pas tué avant. Drôle de jeu pour ce pervers dément.


GRAIN DE SABLE DANS CETTE MACHINERIE DÉMONIAQUE

Deux grains vont se glisser dans les rouages de cet empire machiavélique : Rainsford et Fiona Flanagan. Le premier est le seul à avoir échappé à la mort sur l’île. Accompagné de Connell, il a pu tuer un homme de main de Zaroff et mieux, a réussi à faire enfermer le Russe dans la cage avec ses chiens. L’aristocrate en gardera une trace indélébile sur son visage.

Quant à Fiona, elle compte se venger de la mort de son père, tué dans une chasse à l’homme sur cette île du Pacifique. Pour cela, rien de plus simple pour elle que d’enlever Katarina, la sœur de Zaroff et ses trois enfants. Elle tue au passage le beau-frère du général et décide d’emmener le reste de la famille sur l’île démoniaque. Ainsi, elle leur promet le même sort que les proies du Russe. C’est le début d’une sanglante partie d’échecs…




[…]

UN DESSIN ÉPOUSTOUFLANT

Zaroff est un superbe thriller à rebondissements. Les surprises sont nombreuses dans ce jeu à deux. L’album bénéficie de tout le talent graphique de François Miville-Deschênes. C’est splendide !

Pour accompagner Sylvain Runberg (Drones) au dessin, qui mieux que le dessinateur de leur première série en commun, le fabuleux Reconquêtes, personne ! Les 76 planches sont magnifiques. Les couleurs directes à l’aquarelle lui permettent de magnifier les décors de jungle luxuriante du récit. Les visages sont durs au mal comme le veulent les personnages. Le réalisme est là, simple et d’une grande efficacité.





Pour lire l'intégralité de l'article ComixTrip, cliquez sur le bouton ci-dessous.