http://www.lelombard.com/bd-en-ligne/ocean-pierre,3702

LEGIO NOSTRA - LA LÉGION ÉTRANGÈRE D'HIER ET D'AUJOURD'HUI


Leggo Nostra Loiselet Le Lombard Légion armée dessin BD

UNE BD-REPORTAGE SUR LA LÉGION ÉTRANGÈRE 

 

Fondée en 1831, la Légion étrangère reste mystérieuse. Ce corps d’élite français constitué de cent-quarante nationalités est le seul à ne pas se diviser lors du dé lé du 14 juillet, et voue un culte à la prothèse articu- lée du capitaine Danjou, héros de la bataille de Camerone. Au-delà des clichés qui sentent bon le sable chaud, Hervé Loiselet a mené une impressionnante enquête sur l’histoire et le quotidien des légionnaires, de l’époque coloniale aux plus récents con its, avec un focus sur l’opération Serval de 2013 au Mali. Une histoire d’hommes dont le régiment devient la famille.

 

Ce one-shot est une BD-reportage superbement illustrée par les aquarelles de Benoît Blary, ainsi que par des documents tels Képi Blanc, le mensuel de la Légion publié depuis 1947 (dont le n° 800 paraîtra en juillet), et enrichi d’interviews de gradés, dont le capitaine conservateur du Musée de la Légion à Aubagne. En huit chapitres – comme le Code d’Honneur de l’Ancien -, Hervé Loiselet dépoussière l’image controversée du héros ténébreux au mercenaire sans foi ni loi, évoque les 40 000 morts pour la France, les artistes combattants, Blaise Cendrars, Ernst Jünger ou le peintre Hans Hartung, et dévoile des anecdotes méconnues, de tatouages en entraînements de commandos parachutistes. Du brassage des nationalités au génie civil et militaire, en passant par le système d’action sociale qui caractérisent la Légion ; des bases en Guyane ou au Niger, zone stratégique où transitent djihadistes et tra quants, il décrit les onze régiments de cette singulière troupe vouée au sacrifice, au respect de la parole, à l’accomplissement de la mission.

 

 

HERVÉ LOISELET SUR LES TRACES DE LA LÉGION 

 

En avril 2012, vous rencontrez le Général commandant de la Légion. Pourquoi cette enquête ? Est-ce parce que votre grand-oncle s’engagea en 1913?

 

Étonnamment, j’ai découvert cette anecdote en cours d’écriture ! Au départ, c’était une suggestion bienveillante de mon éditeur, et j’ai mis du temps à aborder le sujet. Il existe pléthore de documentaires, français et étrangers, vu les différentes nationalités qui composent la Légion, mais je ne voulais ni m’égarer dans la mythologie du légionnaire, ni dans sa critique. Après avoir assisté à leurs émouvantes cérémonies, dont celle d’acquisition de la nationalité française, je me suis replongé dans La Section Anderson de Pierre Schoendoerffer, ce fantastique documentaire oscarisé en 1968, et j’ai senti mon angle : « Qui sont ces hommes ? Comment font-ils cette guerre ? »...

 

Sont-ils accessibles?

 

Difficilement, car ils ont l’habitude d’initier la communication. Ma démarche les a d’abord déroutés, la bande dessinée peut paraître incongrue, mais leur état-major m’a fourni autant de documents qu’à un journaliste. J’ai beaucoup lu, compilé la documentation iconographique pour Benoît Blary, notamment concernant les scènes de bataille, peu évidentes à retranscrire, car il faut élaguer, sans travestir : la fondatrice Camerone en 1863 – 65 légionnaires tiennent tête jusqu’à la mort à 2000 soldats mexicains – ou Tigharghar pendant l’opération Serval.

 

Qu’avez-vous découvert, nalement, sur ces soldats atypiques?

 

J’ai été étonné par leur organisation à part, leur immense solidarité. Ils veillent les uns sur les autres, surtout sur les anciens ; le système d’entraide de la Légion est stupé ant, il n’existe pas à ce point dans le reste de l’Armée. C’est extrêmement touchant, d’autant qu’ils restent très discrets à ce sujet. 

 

 

Découvrez la fiche album en cliquant ici

Pour lire un extrait, cliquez ici

 

 

 

LEGIO NOSTRA