http://www.lelombard.com/bd-en-ligne/ocean-pierre,3702

DÉCOUVREZ LA NOUVELLE SÉRIE DANS LES CUISINES DE L'HISTOIRE


Dans les cuisines de l'Histoire

LA GRANDE HISTOIRE DE LA GASTRONOMIE FRANÇAISE À SAVOURER À TRAVERS LA PETITE

 


Le Lombard et Mango nous invitent à explorer les cuisines de l’Histoire avec cette nouvelle collection trois étoiles qui, comme son nom l’indique, enrichit autant notre culture générale qu’elle fait saliver nos papilles. Au menu de chaque album, outre un dossier réalisé par le spécialiste Michel Tanguy en guise de dessert : une dizaine d’histoires courtes particulièrement épicées illustrant, à l’aide d’une galerie de personnages fictifs ou réels plus truculents les uns que les autres, les habitudes, les modes et les innovations culino-alimentaires d’une époque... Le tout entrecoupé de recettes forcément désuètes, mais que le lecteur mis en appétit, curieux de découvrir les surprenantes saveurs du passé, s’empressera assurément de remettre au goût du jour dans sa propre cuisine !

 

 

 

Découvrez les deux premiers titres à paraître le vendredi 14 avril : À la table des Chevaliers, À la table du Roi Soleil.

 

À la table des Chevaliers

 

Le 6 janvier 1378, à Paris, dans les cuisines du palais de Charles V, un homme circule entre 
les tables en distribuant des coups de cuiller
aux « galopins » qui trient mal les fruits. Cet homme, c’est Guillaume Tirel, dit Taillevent, premier écuyer de cuisine du roi. Ce jour-là, il supervise la préparation d’un festin composé entre autres de venaison de sanglier à la courte soupe, de brouet blanc lié d’oies, de pâté norois et de tourtes lombardes... Formé à la dure avec d’autres gratte-casseroles dans la maison de Jeanne d’Évreux, Tirel a grimpé peu à peu les échelons pour devenir premier queux et sergent d’armes de Charles V, qui l’anoblit. À la fin de sa vie, Taillevent annote la plupart des recettes de son temps, apportant de nombreuses nuances et modifications. Cela suffit à le consacrer pour la postérité comme le principal auteur du Viandier, le plus célèbre des livres de cuisine français du Moyen Âge, imprimé pas moins de 24 fois entre 1486 et 1615.

 

On se régalera des aventures de Taillevent,
 mais cet album recèle bien d’autres petites histoires tout aussi savoureuses. Des diktats de l’Église qui régissent les mœurs alimentaires à l’utilisation des épices venues d’Asie en passant par La bataille des vins, les règles de savoir-vivre lors d’un banquet, la famine qui touche les plus pauvres, ou encore les efforts considérables qu’il faut déployer pour servir du hareng frais à Paris, c’est toute l’histoire de la cuisine médiévale qu’Isabelle Bauthian nous sert par le menu, non sans une pincée d’humour toujours très utile à la digestion. Les recettes réalisées par Michel Tanguy et adaptées des ouvrages d’époque constituent des entremets fort appréciables. Quant au dessin de Natalie Nourigat, tout en finesse et expressivité, il imprègne l’ouvrage de son fumet aigre-doux, entre caricature suave et enluminure caustique.

 

Pour lire un extrait, cliquez ici

Pour découvrir la fiche album, cliquez ici

À la table du Roi Soleil

 

Versailles, 1678. Jean-Baptiste de La Quintinie se voit chargé par Louis XIV de constuire un potager sur une zone marécageuse qu’on appelle «l’étang puant». Les travaux s’achèvent cinq ans plus tard, mais le directeur des jardins royaux n’est pas au bout de ses peines, la cour lui réclame désormais des petits pois en plein hiver ! La Quintinie devra mettre en œuvre des trésors d’ingéniosité pour donner aux racines l’illusion du printemps et ainsi faire plier la Nature à sa volonté, ou plutôt à celle du Roi-Soleil... Pendant ce temps-là, à Paris, bourgeois et intellectuels se pressent au Procope pour siroter une tasse de café ou de chocolat accompagnée d’un sorbet ou d’un croissant, tandis qu’un certain M. Jourdain met un point d’honneur à manier correctement ce nouvel ustensile pour le moins étrange : la fourchette !

 

C’est au siècle de Louis XIV – «le siècle le plus éclairé qui fut jamais» selon Voltaire – que la France connaît sa première grande révolution gastronomique. Rutile en montre tous les aspects : des illustres cuisines de Versailles à l’ouverture des premiers cafés, en passant par le difficile travail d’apprenti-boulanger et l’apparition des best-sellers culinaires, sans oublier la pression permanente à laquelle sont soumis les intendants des maisons nobles, qui mettent leur honneur en jeu à chaque repas. Entre chacun de ces brefs récits, Michel Tanguy continue de nous mettre en appétit avec des recettes d’époque faciles à réaliser : crème glacée, omelette d’asperges, tartelette amandine, etc. Le traitement graphique de Gaëlle Hersent, avec son dessin gracieux et ses couleurs vives comme des fruits confits, restitue parfaitement l’atmosphère de fête gourmande qui régnait au temps du Roi-Soleil. 

 

Pour lire un extrait, cliquez ici

Pour découvrir la fiche album, cliquez ici