http://www.lelombard.com/bd-en-ligne/dalle-rouge,3821
Décès de Claude Renard
Décès de Claude Renard

DÉCÈS DE CLAUDE RENARD


Claude Renard, l’animateur du 9e Rêve, s’en est allé
 
Avec la disparition, à l’âge de 72 ans, de Claude Renard, le 9e Art vient de perdre l’un de ses talents les plus anticonformistes et novateurs. Auteur-dessinateur, décorateur, scénographe, il avait été le fondateur du mythique Atelier R qui forma et révéla plusieurs créateurs dont les noms figurent aujourd’hui parmi les signatures emblématiques de la nouvelle bande dessinée franco-belge. Les Éditions du Lombard s’associent au chagrin des siens, à celui bien sûr de son fils Romain dont elles sont les éditrices de sa série Melvile. 
 
Issu de la section BD de l’Institut Saint-Luc de Bruxelles que dirigeait Eddy Paape (Luc Orient), Claude Renard avait débuté en illustrant de dessins futuristes, les pages du Journal de Bruxelles, un magazine lancé en 1972 par quelques-uns des futurs animateurs du journal Tintin : Jean-Luc Vernal (scénariste e.a. de Jugurtha et directeur éditorial de 1979 à 1991), Jacques Kievits (graphiste et metteur en pages de 1980 à 1986), Jean-Louis Lechat (journaliste et auteur de la chronique Le Lombard, l’Aventure sans Fin). En 1976, poursuivant ainsi le travail de formation accompli par Eddy Paape, il avait fondé son fameux Atelier R.. S’y affirmeront et confirmeront des jeunes talents comptant depuis parmi les incontournables de cette nouvelle bande dessinée qu’il avait qualifiée de 9e Rêve. Certaines de ces révélations font désormais la fierté du Lombard : Andreas (Capricorne), Chantal De Spiegeleer (Madila), Philippe Foerster (Silex Files – Gueule de Bois), Yves Swolfs (James Healer – Lonesome)…
 
En 1983, pour Métal Hurlant, il avait confronté Yvan Casablanca à d’étranges mondes parallèles. Scénographe, il avait par ailleurs collaboré au Rêve, la féérie de Franco Dragone (Le Cirque du Soleil) à Las Vegas. Avec François Schuiten, le plus illustre de ses élèves, il avait participé à plusieurs, animations urbaines, dont de spectaculaires Folies à Maubeuge et Mons. En 2017, les dessins d’épaves échouées de son dernier ouvrage (Aux vents salins) ont fait l’objet d’une exposition très remarquée.