http://www.lelombard.com/bd-en-ligne/ocean-pierre,3702
INTERVIEW DE GRIFFO
SHERMAN T6 : L'INTERVIEW DE GRIFFO !

 

LE LOMBARD. Sherman est une série qui déploie son intrigue sur plusieurs niveaux. Les personnages évoluent à des époques différentes, au fur-et-à-mesure que Jay Sherman se remémore son passé. Est-ce l’un des éléments qui vous a séduit dès le départ ?

GRIFFO. C'était intéressant de créer plusieurs personnages depuis leur jeunesse jusqu'à l'age adulte. Jay Sherman par exemple a 8 ans au début de l'histoire à la fin du XIXième siècle. Au moment où il raconte sa vie en flash-back, il a environ 59 ans. On le voit donc évoluer le long des albums, d'un petit voyou à l'homme important des hautes finances, ainsi que son fils Robert et sa fille Jeannie.

 

LE LOMBARD. Jay Sherman c'est l'incarnation du gentleman séducteur, entouré de belles femmes et de jolies voitures. C’est aussi toute l’esthétique des Etats-Unis au début du siècle dernier. Etes-vous sensible à toute cette imagerie ? Etait-ce une autre motivation ?

GRIFFO. L'histoire a un fond historique que j'aime beaucoup. J'ai toujours été passionné par l'histoire et Sherman se joue dans toute la première moitiée du XXième siècle. C'est incroyable de voir comment la mode évoluait pendant cette période. C'était donc pas seulement les personnages qui evoluaient mais aussi les décors, les bagnoles, etc. Cela signifie beaucoup de recherches à tous les niveaux. Je passais parfois des nuits blanches devant mon ordinateur en cherchant de la doc sur New York, le métro , la mode, etc. 

 

LE LOMBARD. Cet ultime album est celui des règlements de comptes, pour Jay Sherman, mais aussi pour sa fille, Jeannie. C’est un album sombre. Comment l’avez-vous abordé ?

GRIFFO. Je ne pense pas que c'est une histoire sombre. L'histoire est trés humaine. Pas de super héro et donc avec les erreurs et faiblesses humaines, mais aussi avec des passions et des amours, ce qui donnent aux personnages une dimension intéressante pour un dessinateur. Chaque personnage a sa propre psychologie. Il y a bien sûr pas mal de drames dans l'histoire mais aussi de l'espoir...

 

LE LOMBARD. L’album signe la fin de la série. Est-ce que Jay Sherman va vous manquer ?

GRIFFO. Oui, terminer une histoire laisse toujours un vide. Les personnages sont devenus de la famille, même les mauvais ! Ils te collent à la peau. Ça a toujours était le cas pour moi. La seule façon de les oublier c'est d'entamer une autre histoire !

 

LE LOMBARD. Quels sont vos futurs projets ?

GRIFFO. Je travaille en ce moment sur une histoire qui se passe à l'époque de la Rennaissance. Une histoire d'amour impossible et de philosophie qui s'appellera "l'oracle delle luna". Et Stephen et moi, comme on a découvert qu'on travaille bien ensemble, nous sommes en train de cuisiner quelque chose aussi mais totalement différent de Sherman.