http://www.lelombard.com/bd-en-ligne/ocean-pierre,3702
INTERVIEW DE JOUVRAY ANNE-CLAIRE
AU ROYAUME DES AVEUGLES : L'INTERVIEW D'OLIVIER JOUVRAY

LE LOMBARD. Comment est né ce projet ?
O.J. Déjà par envie de continuer à travailler ensemble avec les frères Salsedo. Notre collaboration sur "Nous ne serons jamais des héros" s'était très bien passée, nous voulions prolonger l'expérience. Quant au choix du sujet, c'est probablement parce que je suis un peu geek. Je me passionne pour la technologie, la science et la prospective. Nous vivons une période ou l'innovation est rapide, frénétique même. Chaque jour de nouvelles idées, de nouvelles inventions, de nouvelles découvertes viennent modifier l'image que l'on se fait de notre avenir, avec tout ce que ça peut comporter de réjouissant et d'effrayant. J'avais envie de me servir de mes connaissances et de mes intuitions pour écrire une histoire, tout en me frottant à l'exercice difficile du scénario d'anticipation.

LE LOMBARD. Dans votre dernière collaboration avec les frères Salsedo, Nous ne serons jamais des héros, il y a la thématique du rapport père/fils. Au Royaume des Aveugles, il y a toujours la cellule familiale -fille/frère/père-. C’est une thématique qui vous est chère ?
O.J. Ce n'est pas tant la thématique familiale qui m'importe dans cet album que les contraintes que cette structure impose. C'est un scénario d'action/aventure et le fait d'avoir des liens familiaux entre les personnages provoque des réactions, des comportements plus complexes. Si des personnages n'ont d'autres attaches qu'une proximité professionnelle ou amicale, ils peuvent s'engueuler, se trahir, s'affronter sans trop de conséquences. Quand il faut affronter un fils, un père, une sœur, c'est plus compliqué, les enjeux ne sont pas les mêmes. 

LE LOMBARD. Quelle a été votre priorité ? Traiter le sujet d’un gouvernement autoritaire et ultra-sécuritaire ou placer l’intrigue dans le futur ?
O.J. C'est d'abord une vision envisageable du futur qui m'intéressait. Mais un futur proche, un futur que je connaîtrai peut-être si je deviens centenaire. La technologie apporte des solutions à bien des problèmes que nous rencontrons tous les jours et semble aussi la solution pour les épreuves que l'humanité devra affronter au cours des prochaines décennies. Mais je veux rappeler que la technologie est un outil et si on place un couteau entre les mains d'un babouin, il va certainement faire des conneries avec. Si la technologie évolue mais que nous continuons de nous comporter comme des singes, on risque de faire de notre futur quelque chose de pas spécialement marrant.
Je voulais aussi montrer que contrairement à ce qu'on craignait, ce n'est pas forcément un gouvernement ultra-sécuritaire qui nous attend, avec un état tout puissant qui se sert des technologies de surveillance pour aliéner tout un peuple. On se dirige plus surement vers une démocratie totalitaire, dans laquelle l'état surveille pour des questions de sécurité, les industriels surveillent pour des questions d'identification, de contrôle et de manipulation des consommateurs, et les citoyens abandonnent volontairement leur espace privé en échange d'un sentiment de sécurité et d'un environnement d'abondance adapté à ses désirs. Tout le monde est content, sauf ceux qui pensent autrement.

LE LOMBARD. Quels sont vos projets ? Ensemble ? En solo ?
O.J. Avec Fred et Greg Salsedo, on a déjà les trois tomes de cette série à mener à leur terme, mais il est certain qu'ensuite nous continuerons à faire des bouquins ensemble. Nous y pensons déjà, peut-être sur un projet jeunesse, à voir. Je ne peux pas non plus tout prévoir du futur !
Quant à mes projets personnels, j'ai un nouveau tome de la série Lincoln qui sort fin août, je travaille sur un one-shot dans la collection "Les grandes évasions" avec Nicolas Brachet chez Delcourt et je vais bientôt présenter un nouveau projet autour de la guerre de sécession avec Efa, un auteur espagnol avec lequel j'ai déjà collaboré il y a quelques années sur la série Kia Ora.
Mais ce qui me prend le plus de temps, c'est la création avec d'autres auteurs de "La Revue Dessinée", une revue numérique (et papier) trimestrielle de reportages en bande dessinée qui devrait voir le jour début 2013.