http://www.lelombard.com/albums-fiche-bd/the-regiment-l-histoire-vraie-sas/livre-1,3703.html
INTERVIEW DE GABOR, RAULE
ISABELLAE T. 3, L'INTERVIEW DE GABOR ET RAULE

1) Les questions traditionnelles pour commencer. Quel type de lecteur êtes-vous ?

Gabor : Curieux et ouvert sur différents sujets. J’estime que même si chacun a ses goûts propres, il est important de lire de tout.
Raule : Vorace. Ou du moins je l’étais, puisqu’aujourd’hui j’emploie tout mon temps “libre” à écrire… et je n’ai lu quasiment aucun des livres et BD que j’ai acheté récemment !

 

2) Quels films, romans ou BD, récentes ou non, vous ont particulièrement marqué ?
G : Je suis peu impressionnable en général. Je demande seulement à ce que les films, romans ou BD ne m’ennuient pas, mais qu’ils me divertissent ou m’amusent. Si je suis impressionné, l’œuvre qui y parvient devient culte pour moi ! Au cinéma, « La Planète des singes : L'Affrontement » a été une agréable surprise, et « Dragons 2 »,  un vrai délice. Parmi les dernières BD qui m’ont plu ou diverti, Lastman de Balak, Sanlaville et Vivés. J’ai hâte de lire le prochain tome.

 

.lastman

 

 

R : J’ai adoré le film “Snowpiercer”. Le dernier livre que j’ai lu et qui m’a réellement impressionné est Galveston, de Nic Pizzolatto (le créateur de la série True Detective). Et deux BD magistrales que je recommande à tous :  «Loup de pluie» de Dufaux et Pellejero et « Ardalén », de Miguelanxo Prado.

 

snowpiercer

 

 

3) Le troisième tome d’Isabellae marque la fin d’un cycle. Comment appréhende-t-on ce genre de charnière ? Vous êtes vous fixés des objectifs en terme de réponses, d’aboutissement ?
R : L’avenir d’une série dépend souvent en grande partie de l’accueil des lecteurs. Si l’histoire est bien reçue et qu’elle se vend bien, il est alors possible de prévoir à long terme. Mais au début il n’est pas possible de savoir si l’histoire fonctionnera et il faut alors trouver des cycles courts, avec un final clos, laissant seulement une petite porte ouverte à de nouvelles ouvertures…

 

4) Ce 3ème tome marque un grand pas dans l’évolution du personnage d’Isabellae. La figure paternelle, très marquée auparavant, a disparu. Grâce à ses compagnons, elle commence doucement à faire l’apprentissage de l’amitié, de l’amour… Cette évolution était-elle prévue dès l'origine ? Savez-vous jusqu'à quel point Isabellae va encore évoluer ?
R : Il n’est pas possible de commencer une histoire  sans prévoir auparavant ce qui arrivera à ses personnages, et encore plus dans le cas d’une série. Mais il est également certain qu’il serait très ennuyeux d’avoir absolument tout prévu et de se limiter à retranscrire les aventures d’un personnage, comme un robot.  J'essaie donc de modifier le plan établi au début et de me surprendre moi-même, surtout quand les nouvelles idées sont meilleures que les initiales ! Isabellae devra traverser la moitié du monde pour accomplir son destin, bien sûr qu’elle évoluera sur bien des aspects… au-delà de limites qu’elle-même ne pouvait soupçonner.

isabellae

 

5) Les deux sœurs sont vraiment différentes, que ce soit au niveau de leur don, physiquement et peut-être, surtout, dans leur relation aux autres. Pourquoi avoir bâti cette opposition ?
R : L’objectif était de créer un conflit entre elles, de produire des situations motrices pour la série. Les deux sœurs sont très différentes, mais en même temps elles ont besoin l’une de l’autre.


 

6) Dans ce nouveau tome, l’action se situe en Chine et non plus au Japon. Pourquoi ce choix ?
R : Isabellae et ses amis poursuivent la piste de Siuko et vont là où il est nécessaire d’aller pour la retrouver. La Chine est une étape de plus dans ce long chemin !


7) Ce changement de lieu implique également des évolutions au niveau de la construction des personnages, des mœurs, des décors… Avez-vous pris plaisir à changer ainsi de cadre ?
G : Il est toujours agréable de changer de décor bien que cela implique plus de travail, -notamment au niveau de la documentation. Toutefois, vu qu’il y a toujours des flashbacks dans le Japon médiéval, on continue de présenter cette époque.

chine isabellae

 

 

8) Vous immergez le lecteur dans le folklore chinois de manière assez poussée : vous êtes allés jusqu’à représenter un guqin, un instrument de musique traditionnel chinois, avec un extrait de chanson, accompagné de la portée chinoise ! Est-ce du à des recherches de votre part ou êtes vous experts en culture chinoise ? L'écriture d'Isabellae a-t-elle fait évoluer votre vision de ce pays ?
G: Qu’est ce que j’aimerais être expert en culture chinoise ! Non, j’ai mené mon enquête, je me suis beaucoup documenté pour faire une histoire la plus crédible possible. Quand on cherche de la sorte, on tombe sur des merveilles culturelles, y compris dans le domaine musical !
R : Honnêtement, si un véritable expert en Histoire chinoise lisait notre BD, il est certain qu’il trouverait mille motifs de nous tirer les oreilles (rires).

chine isabellae

 

9) SPOILER : Quelques questions en particulier sur Suiko, qui nous laisse un peu démunis à la fin…
Pourquoi ne pouvait-elle pas accompagner Isabellae dans ce qu’elle nomme elle-même « notre mission » ? Pourquoi a-t-elle pris le risque de tuer sa sœur et ses compagnons avant de lui révéler leur destinée ? Pourquoi se sont-elles rencontrées aussi tard ? Et surtout… Pourquoi Isabellae semble-t-elle accepter le départ précipité et inexpliqué de sœur aussi facilement ?

R : Qui a dit que Siuko n’accompagnerait pas Isabellae dans sa mission ? Le père des deux sœurs est mort également et cela ne l’a pas empêché d’accompagner Isabellae dans ses aventures. Siuko a véritablement essayé de tuer sa sœur et ses compagnons pour prouver qu’ils étaient dignes d’affronter la mission qu’ils doivent accomplir. Si Kiba avait réussi à en finir avec eux, cela aurait signifié qu’ils n’étaient pas à la hauteur de celle-ci. Le fait qu’Isabellae et Siuko aient mis tant de temps à se retrouver est un procédé narratif. Si c’est bien construit, plus l’attente est prolongée, plus le lecteur a hâte que la rencontre se produise.
Et si Isabellae encaisse aussi facilement la mort de sa sœur, c’est tout simplement parce qu’elle n’a pas le choix ! Les cartes sont sur la table, et elle n’est elle-même qu’une simple carte dans le jeu. Il ne faut pas oublier que désormais Isabellae a absorbé par magie toute la connaissance et les souvenirs de sa sœur, ainsi elle sait qu’elle a un destin à accomplir, que Suiko a fait sa part et que dorénavant c’est à elle de faire la sienne. Pas de temps pour les sentiments.

 

final isabellae

 

 

10) Enfin, quels sont vos futurs projets ? Avez-vous d’autres projets en cours ?
G : Je travaille actuellement sur le tome 4 d’Isabellae. J’ai toujours des projets dans les cartons, mais la samourai rousse m’occupe à temps plein.
R : Aujourd’hui je travaille à fond sur le tome 4 d’Isabellae, j’ai fini d’écrire récemment le tome 6 de Jazz Maynard ; je suis sur le point de finir le premier tome d’une nouvelle série pour Dargaud et de commencer deux projets de série qui, je l’espère, se concrétiseront.

 

merci isabellae

 

  |  ISABELLAE, L'INTERVIEW DE RAULE ET GABOR !