http://www.lelombard.com/bd-en-ligne/ocean-pierre,3702
INTERVIEW DE RECULÉ HENRI
CASSIO T5 : L'INTERVIEW DE HENRI RECULÉ

LE LOMBARD. Ce nouveau tome marque un tournant dans la série. C’est un Cassio plus violent que nous découvrons dans ce cinquième album. Comment avez-vous envisagé ce tournant ?

H.R. Je ne suis pas sûr que Cassio soit plus violent dans cet album. Simplement, maintenant que nous savons qui sont les quatre assassins, les tomes 5 et 6 nous montrent l’ascension de Cassio à Rome où forcément il va gêner certains. Ses réactions sont à la hauteur des menaces, je dirais. Ce qui est par contre un vrai tournant dans la série c’est le fait qu’avec ce second cycle nous avons des albums qui se suivent plus naturellement. Les tomes 1 à 4 étaient déconnectés les uns des autres car le but était de montrer des moments dans la vie du personnage; moments qui nous dévoilaient surtout les assassins. Ce concept ne permettait pas de développer certains éléments plus en profondeur, comme par exemple: comment se fait-il qu’Oasis et Antinoé se connaissent-elles au début du tome 3 ? Dans ce second cycle on peut enfin commencer à imbriquer les pièces du puzzle et donner des réponses à ... Quelques questions. Et dévoiler notamment le rôle d’Antinoé, mais aussi d’Oasis à Rome. Je suis impatient que le lecteur découvre tout ça.

 

LE LOMBARD. De nouvelles révélations nous sont dévoilées par Ornella, l’enquêtrice du XXIème siècle. Une série avec une double lecture… Est-ce cette approche qui vous a séduit dès le départ ?

H.R. Oui, clairement. Cela crée une mise en abîme très intéressante. Le challenge est de pouvoir passer de l’un à l’autre sans frustrer le lecteur. Dans le tome 1,  les passages d’une époque à l’autre se faisaient par les décors car l’archéologue se trouvait dans les mêmes lieux que Cassio, à Ephèse en l’occurrence. Cela n’a pas été possible dans les tomes suivants. Il faut rester donc attentif pour bien suivre, mais les lecteurs semblent jouer le jeu.

 

LE LOMBARD. Mise à part Cassio, vous avez travaillé sur plusieurs séries avec Stephen Desberg, une collaboration fructueuse visiblement. Comment avez-vous l’habitude de travailler ensemble ?

H.R. Il m’envoie le scénario complet. On en discute alors pour voir si tout est clair. Stephen fait des ajustements si nécessaire et je commence alors à faire le découpage des planches et ensuite le crayonné plus définitif. Je lui montre souvent le travail à ce stade-là. Dès qu’on est d’accord sur les attitudes des personnages, les cadrages, etc, j’encre. Quand j’ai fini les encrages, je lui montre la page terminée et je fais encore des corrections si nécessaire. Comme je fais mes planches complètement à l’ordinateur, corriger, revoir, améliorer, n’est plus aussi fastidieux qu’avant.

 

LE LOMBARD. Quels sont vos projets ? Avec Stephen Desberg ? En solo ?

H.R. D’abord, j’attends avec impatience la sortie du tome 6 de Cassio, en juin prochain. Il clôturera «le Cycle de Rome». En ce moment je travaille à la «remasterisation» du Dernier Livre de la Jungle (paru en quatre tomes il y a quelque temps dans la collection Polyptyque), en vue d’une édition Intégrale pour novembre. Il s’agit de refaire le lettrage, recadrer et corriger aussi des cases ou des couleurs; je vais aussi rajouter des dialogues qui avaient été coupés lors de la première édition. C’est un gros travail. Ce sera un bel objet, je pense. Ensuite je vais travailler sur les tomes 7 et 8 de Cassio. Ils devraient sortir en 2013. J’ai un projet solo qui me taraude depuis longtemps mais plus j’y pense, plus le seul format qui semble lui convenir est le manga et en noir et blanc... C’est pas gagné ! (rires)