http://www.lelombard.com/albums-fiche-bd/the-regiment-l-histoire-vraie-sas/livre-1,3703.html
INTERVIEW DE LOUIS
INTERVIEW DE LOUIS AUTEUR D'ESCOBAR LE DERNIER MAYA

Bonjour Louis.

Vous êtes l’auteur d’une nouvelle série fantastique sur le monde Maya, Escobar, le dernier Maya.

Commençons par vos débuts, vous avez  travaillé la série Tessa, agent intergalactique en tant que dessinateur. Comment s’est passé votre rencontre avec Nicolas MITRIC ?

C'est Didier CRISSE qui nous avait presenté un soir à Angoulème. Quelques mois plus tard, alors que mon premier album, "Slang" avec francois François CORTEGGIANI se voyait stopper chez Soleil, au bout de treize pages, on m'a proposé de bosser avec deux auteurs. J'ai choisi Nico, parce que c'etait aussi un dessineux, et que je voulais progresser!


Comment se déroule votre coopération depuis le premier tome ?
Il me fait le scénario et je gribouille! Il intègre certaines de mes suggestions, et des éléments apportés par le spin off, comme le personnage de Nitaar. On s'éclate comme des petits fous! Nous sommes devenus amis, au fil du temps, malgré mon tempérament de feu...

Je précise que nous formons un trio, avec Sébastien LAMIRAND, notre coloriste sur tessa qui a aussi mis sa patte, et l'identité graphique finale est due autant à lui qu'a moi.
 

Vous travaillez toujours sur la série, le tome 6 en ce moment. Est-ce dans la continuité ou bien la série prend-elle une nouvelle direction ?
C'est un gros tome de 62 pages, qui viendra clore la saison 1, et les éléments mis en place au fil des 5 premiers tomes. Nico me laissera ensuite les commandes, et je l'en remercie du fond du cœur!
Il y a eu quelques albums à côté, un spin-off de la série, 42 agents intergalactiques, Kookaburra Universe, Husk pour finalement arriver à Escobar, le dernier Maya, une nouvelle fois en tant qu’auteur complet.


Comment est née cette série ? Un projet personnel ?
Pour être franc, j'ai signé au Lombard suite à un différent (reglé depuis) avec Soleil. Le lombard m'avait fait comprendre que j'etais le bienvenu et nous avons donc commencé à parler d'un album. Je devais faire un gros album dans la collection signé. J'avais un projet, validé, mais le matin du rendez-vous où nous devions finaliser les choses, au café, paf!, l'idée d'Escobar m'est venue, littéralement, de je ne sais où ! J'en ai parlé à ma femme qui a adoré.
J'ai fait un dessin du perso, et l'après midi même mon éditeur était emballé, à tel point qu'il m'a demandé de réflechir plutôt à une série. Deux ans plus tard, Escobar est là !

Vous êtes épaulé par votre femme, Véronique DAVIET, sur la colorisation. Comment cela se passe au quotidien ?
Très bien ! C'est très studieux, et très motivant, et émouvant, dans le même temps ;)
Je suis ce que l'on peux appeler un homme heureux !

Pas trop exigeant avec elle ?
Ha ha ha, ce serait à elle qu'il faut demander ça! D'ailleurs , j'y vais... (5 minutes plus tard) elle me dit que ca va, je suis pas trop tyrannique

Plutôt un avantage de travailler seul ? En quoi ?
Les deux sont biens, et ont leurs avantages et inconvénients. Quand le tandem scénariste-dessineux se passe bien. J'ai la chance que ce soit magique avec Nico, mais sinon, je préfère bosser seul. C'est génial, aucune contrainte ! Mais c'est aussi vertigineux, et très flippant!
 

Vous avez choisi un univers fantastique mais sur une base historique, celle du peuple Maya. Pour quelles raisons ?
Cet univers m'a toujours parlé. Depuis les mystérieuses cités d'or, et même avant. Et comme je l'ai dit, l'histoire s'est imposée d'elle même au café, ne me demandez pas comment ! Ha ha ha

Partir sur cette base historique, les Mayas, a-t-elle demandé plus de travail, ou un travail différent, que l'élaboration d'un 42 ?

Oui, bien sûr, j'ai pris beaucoup de documents, de photos, et des livres sur les Mayas, mais dans les grandes lignes, la mythologie dans Escobar étant du pur jus de ma pomme, je ne risque pas de faire d'erreurs historiques !
Par contre, je me suis documenté pour la période conquistadore !

Nous suivons la vie d’un homme qui, aidé d’un esprit protecteur, lutte pour la survie de son peuple et de la terre sur laquelle il vieillit. Sa lutte l’oppose finalement à un seul homme, que le passé a déjà mis sur la route. Alors que le lecteur cherche de la nouveauté, on retrouve une trame classique opposant le gentil au méchant, cela cache-t-il quelque chose ?

Bien sûr ! Le tome 1 s'appelle "L'esprit de la forêt" et le second "L'esprit de la cité". Escobar, et Rosario sont donc deux facettes d'un équilibre difficile à maintenir. Mais chacun a du bon et du mauvais. Vous le verrez dans le tome 2 !
Rosario est aussi un vrai bienfaiteur, passionné d'art, de culture et j'en passe. Il a aidé à la reconstruction du tremblement de terre de mexico en 1985, par exemple. D'un autre côté, vous allez découvrir qu'Escobar a du sang sur les mains... Beaucoup de sang! Petit a petit, vous verrez que les lignes entre bien et mal, surtout en fonction des époques, est très relatif.
 
Beaucoup d’informations aussi dans ce premier album, était-ce nécessaire qu’il y en ait autant ?

Oui, parce que je vois loin, et je voulais poser des bases solides. En plus, en tant que lecteur, j'aime en avoir pour mon argent, et pas avoir une bd qui se lit en deux minutes... Donc, en tant qu'auteur....

Les dessins sont bluffants, on y sent l’influence du manga, du comics, des références particulières ?
Merci ! Niveau influences, citons les principales : FRANQUIN et SERON, pour le gros nez. VATINE pour le franco belge moderne, Otomo Katsuhiro pour le manga, et le duo BYRNE-AUSTIN pour le comics.

Par rapport à cela justement, le dessin est clairement centré sur les personnages, dont certains ont une plastique généreuse (je pense notamment à la petite serveuse ;-) ). On regrette un peu l’absence de plans plus éloignés, permettant de découvrir l’univers et les décors dans lesquels les personnages évoluent. Pour quelles raisons ?
Peu de de plans éloignés? Et ces demières pages avec la caravelle du capitaine Del Alma, celle de Mexico,... sans oublier la double page avec la cité souterraine ? Mais oui, j'en garde sous le pied, parce que je ne voulais pas tout montrer dès le début. Ca va aller crescendo!

On ne peut parler d’Escobar sans la note d’humour apporté par un personnage haut en couleur, Hijo. Comment est-il né ?

Avec l'histoire, naturellement. Je ne peux en dire plus, parce sa naissance est liée avec son rapport avec Esco, et je ne veux pas spoiler ici.

L’humour tranche un peu avec le côté sérieux et dramatique de l’histoire, on pouvait facilement s’en passer. C’est quelque chose qui vous tient à cœur ?

Oui, parce qu'Escobar est à un moment de sa vie où, on le verra dans le tome 2, sa charge le pèse vraiment. Il a besoin d'une soupape, et cette soupape, c'est Hijo. Mais attention, pour lui aussi, ne vous fiez pas aux apparences!

Premier tome, j’imagine que vous êtes déjà sur le second, toujours dans la jungle ?

Oui, déjà dix pages de faites, en parallèle au T6 de Tessa ! Toujours de la jungle, bien sûr, mais vu le titre du tome 2, Mexico et son ancêtre seront à l'honneur !
La suite, si on a la chance d'en arriver là, vous fera voir du pays !

Savez-vous déjà combien d’albums comportera la série ?

Comme je viens de le dire, cela dépendra des ventes... Nous sommes assurés de faire le tome 2, qui clôt le premier diptyque. Ensuite, si on a le feu vert, on enquillera sur une série de diptyque. Les deux suivants (jusqu'au tome 6 donc) sont déjà prêts, pour moi!

Vous êtes aussi, ce mois-ci, le scénariste d’une autre nouveauté, Khaal, chroniques d'un empire galactique. On vous retrouve seulement du coté plume cette fois-ci, pour une histoire complètement différente. Un autre projet qui vous tenait à cœur ?
Il est né de la rencontre avec Valentin SECHER, un jeune auteur bourré de talent. J'aime écrire des histoires sur mesure pour les dessinateurs, et differentes les unes des autres. Khaal et Escobar, ce n'est pas le même combat ! Pas plus que le Sept que je scénarise, et qui sortira en octobre ! Trois titres, trois histoires et trois styles très différents ! J'aime voyager grâce à l'écriture!

Quelque chose de particulier à dire sur cette série ?
Pas une once d'humour dedans, et si vous voulez passer à côté d'un des futurs tueurs de la bd, en la personne de Valentin, ne l'achetez pas !

Vous avez été dessinateur, puis scénariste, enfin auteur complet… Une préférence ?
Le dessin, c'est ma vie depuis tout gosse, je rêve de faire de la bd depuis enfant. Donc, c'est naturel, voire vital pour moi. Mais le scenario, c'est une vraie révélation pour moi, et je ne pourrais pas m'en passer!

Sur quoi travaillez-vous en ce moment ? Avez-vous de nouveaux projets à venir ?

Je travaille sur Tessa tome 6, escobar tome 2, khaal tome 2, et une nouvelle série, asylum H (cf ci-contre), avec Jean-jacques DZIALOWSKI aux dessins. Je vais aussi scénariser un 42, et j'ai des tas, des tas, d'autres projets!

Merci à Louis d'avoir répondu à nos questions et aux éditions Le lombard d'avoir rendu interview possible.