http://www.lelombard.com/bd-en-ligne/ocean-pierre,3702
INTERVIEW DE RODIER YVES
EL SPECTRO TOMBE LE MASQUE ! L'INTERVIEW DU DESSINATEUR

A l'occasion de la sortie d'El Spectro, nouvelle série du Lombard qui a pour héros un catcheur du Lucha Libre, les auteurs ont accepté de répondre à nos questions. Découvrez aujourd'hui la première partie de cette interview, avec Frédéric Antoine, le scénariste d'El Spectro.

- Pourquoi avoir choisi ce projet ?

J'ai toujours été fasciné par El Santo, personnage bien réel, ayant tourné dans une soixantaine de films et ayant combattu dans le ring pendant presque 40 ans. Cet espèce de super héros masqué qui existait pour vrai avait marqué mon imagination de gamin quand j'ai découvert ses films dans les années 70. Plus tard, vers 2003, j'ai redécouvert Santo avec une bande de copains qui lui vouait un culte! A la même époque,  j'ai voulu raconter des histoires qui m'auraient plu étant gamin, avec un vrai héros, pur et dur, sans faille et sans reproche. Le modèle d'El Santo s'est vite imposé à mon esprit.

- Quelles ont été vos influences graphiques sur El Spectro ? Pourquoi ce traitement particulier ?

Pour une fois, j'ai accepté de laisser parler toutes mes influences sans chercher à en canaliser une en particulier, comme on me demandait de faire sur « Les Aventures de Simon Nian », où je devais me coller le plus possible au style du grand Maurice Tillieux. C'est amusant comme exercice, mais contraignant à la longue lorsqu'on essaie de créer un univers un tant soit peu personnel. Dans El Spectro, je crois qu'il y a ce que j'ai retiré de l'expérience Simon Nian, il y a un peu de Hergé, puisque j'ai longtemps dessiné dans ce style, et il y a aussi une touche de Walthéry, d'Uderzo, de Jack Kirby, Wally Wood, Dan De Carlo, et toute une brochette d'illustrateurs divers dont j'ai toujours admiré le talent. Je pense avoir réussi une bonne recette en y mêlant toutes ces influences pour créer ce qu'on pourra peut-être enfin appeler « du Rodier » un de ces jours. Le choix de l'époque où se déroule les aventures d'El Spectro vient bien sûr de l'inspiration première, El Santo, mais aussi de mon goût avoué pour le rétro, les Fifties et Sixties en particulier! Graphiquement, tout est plus amusant à dessiner, les bagnoles, les décors, les costumes... Et avec Fred, nous en sommes vite venus à la conclusion qu'il est difficile de raconter de bons récits d'aventures à notre époque. Un héros intelligent peu rarement se perdre dans la brousse aujourd'hui, avec son GPS et son téléphone portable !

- Comment est né le personnage d’El Spectro ?

Au départ, il y a El Santo, bien entendu. Fred (Frédéric Antoine) et moi avions co-scénarisé un projet de film qui aurait rendu hommage à ce personnage. Un peu plus tard, alors que nous cherchions une série BD à  réaliser pour le nouveau Pif-Gadget, Fred a eu l'idée de prendre notre passion commune pour El Santo et de la transposer en histoires courtes à cet effet. C'était une bonne idée mais qui malheureusement fut mise au rebut quand le nouveau Pif est mort à la fin de 2008. Mais l'idée est restée. Cherchant maintenant un projet d'album à faire ensemble, Fred m'a proposé de reprendre Santo et de l'adapter en histoires plus longues. J'ai été un peu réticent au début, car des albums d'El Santo allaient probablement nous apporter des soucis du côté des droits du personnage. J'ai alors eu l'idée de créer un nouveau personnage de catcheur mexicain qui aurait les mêmes valeurs morales que El Santo, et qui, nous appartenant en propre, nous permettrait de le faire évoluer sans contraintes dans les directions que nous choisirons. Les éditions Du Lombard ont tout de suite vu le potentiel d'une telle série! Leur support et leurs encouragements ont été essentiels à l'effort et au plaisir que nous avons mis à la tâche!

- Comment s'est déroulée votre collaboration avec Frédéric Antoine ?

Très bien! Fred et moi sommes, la plupart du temps, sur la même longueur d'onde! Connaissant à fond notre modèle, nous l'avons bien décortiqué pour en faire ressortir ce qui nous y plaisait. Le côté panache du personnage, que rien n'ébranle, pouvait paraître normal à l'époque, mais il s'en dégage maintenant un côté kitch très rigolo que nous avons décidé d'exploiter en l'utilisant toujours de manière très décalée. Nous adorons l'humour qui possède plusieurs degrés et nous nous amusons comme des petits fous à en badigeonner plusieurs couches dans notre récit! Je pense que Spectro pourra être lu de différentes façons selon l'âge du lecteur, un peu comme les téléspectateurs de la série « Batman » des années 60 la regardaient: les enfants y voyaient une série d'aventures fantastiques alors que leurs parents de marraient derrière, en y savourant tout l'aspect parodique du jeu des acteurs, des gadgets, etc... Fred et moi savons exactement où nous allons avec ces éléments, comment nous voulons les exploiter, l'un apportant toujours une idée qui enrichit et renchérit sur celle de l'autre... C'est une collaboration rêvée!

- Un catcheur préféré ?

Bien entendu, je me dois de dire « El Santo »... Mais j'ai aussi un faible pour le gigantesque « Blue Demon » qui fut son partenaire dans quelques films, mais surtout son adversaire dans la réalité. Le seul catcheur masqué qui ait réussi à battre El Santo dans le ring... Ce dernier ne lui pardonna jamais...